Accès Catalogue, Rentrez vos Doubles, Bourse d'échanges, Forum, libre à tous les Membres sur ouverture d'un compte gratuit

  • Associations

    Vous trouverez à SJDS 2014 le coffret de champagne TRICHET-DIDIER de trois bouteilles, dont 1€50 par bouteille est reversé aux associations

    Un projet pour tous
    Enfance-Avenir
    Ecole pour tous au Vietnam
  • Capsules sjds 2014

    Planet'placomusohile reversera aux associations partenaires des champagnes TRICHET-DIDIER

    1€50 sur chaque nouvel abonnement effectué pendant cette période,
    10% des bénéfices produits par la vente de la série de muselets éditée spécialement pour la manifestation SJDS 2014.
  • 1
  • 2

L'histoire de la capsules de la nuit des temps à nos jours 


dom perignon medaille

L'histoire attribue l'origine du vin de Champagne, tel qu'on la connaît aujourd'hui, àu un moine bénédictin: Dom Pierre PERIGNON (1638-1715). Né à Ste Menehould, il vécut à l'abbaye d'Hautvillers en tant que régisseur de celle ci.

Après l'essai de différentes méthodes de bouchage de la bouteille s'avérant insuffisantes, on utilisa le bouchon de liège, mais celui-ci sautait malgré tout sous l'effet du gaz carbonique. Une ficelle de chanvre fut alors ajoutée au bouchon pour le bloquer sur la bouteille. Vers 1855, un certain Nicaise PETITJEAN, demeurant à Avize, inventa et fit breveter une "machine à ficeler à la ficelle", dite aussi "cheval de bois". Un ouvrier pouvait alors ficeler jusqu'à 1000 bouteilles par jour en 10 heures de travail. Certains négociants complétaient ce ficelage avec un ou deux fils de fer torsadés.

Ensuite, pour faciliter le débouchage des bouteilles sans avoir besoin d'une pince ou d'un crochet, et surtout pour ne pas se blesser, on eut l'idée de faire un petit anneau qui était quelque fois muni d'une pastille de plomb sur laquelle était gravé le mot " champagne " ou encore le nom du négociant. Mais nombre de bouteilles cassaient encore ou les bouchons sautaient d'eux-mêmes encore trop souvent sous la pression du gaz...

Avant 1844 dans l'humidité des caves, les liens et les bouchons pourrissaient ou bien encore les rats rongeaient la ficelle ... d'où des pertes importantes de ce merveilleux breuvage ... (à toujours consommer avec modération).

En 1844 donc, Adolphe JACQUESSON eut une idée géniale.

jacquesson portraitIl utilisa des plaques de fer blanc dépoli, découpées en rondelles de la même taille que le dessus du bouchon et eut l'idée de remplacer la ficelle par du fil de fer. Le premier muselet était né.Il déposa un brevet nous aurons au cours d'un autre article loisr d'en parler. La machine "pince à filer" était  utilisée pour tortiller les fils du muselet. Mais très vite les machines à poser les muselets se perfectionnèrent.

Au début des années 1900 on fabriquait des muselets très simples à 4 ou 5 branches avec un petit trou au centre. Ces muselets étaient posés directement sur le bouchon ou quelquefois avec une petite plaque d'étain intercalée entre le muselet et le dessus du bouchon.

La forme du muselet subira encore des modifications et des adaptations avant d'aboutir à sa forme actuelle avec soit la mention "Champagne", le nom d'une "Ville", d'une "commune" et enfin le nom ou la raison sociale du producteur. Les premières plaques personnalisées semblent dater des environs de 1890.

La capsule après 1890 ... c'était hier ...

Les capsules banalisées, appelées "passe-partout" et sur lesquelles apparaît le mot "champagne", sont assez boudées des collectionneurs à quelques exceptions près. Elle offrent pourtant une multitude de variantes d'écriture et de couleur avec la mention "champagne" accompagnée d'une étoile.

Peintes ou estampées: en ce qui concerne les capsules personnalisées (celles qui passionnent les collectionneurs) on a assisté à une révolution des techniques.

Elles étaient tout d'abord à encoches. Ces encoches, présentes sur les plaques les plus anciennes de 1880 jusque dans les années 1960, permettaient d'éviter les pliures à l'emboutissage, à l'endroit du passage du fer du muselet. Elles étaient coupées, découpées, fendues, etc.

Parmi ces plaques à encoches, on distingue deux grandes familles : les peintes à encoches et les estampées à encoche. 

  • La première famille est la plus recherchée, car les capsules sont à la fois anciennes et esthétiques. En effet un logo, ou les armoiries d'une maison de Champagne, ou encore une année, est ici reproduit en plusieurs couleurs.
  • Celles de la deuxième famille sont toujours monochromes (acier rouge, bleue, etc.) et les reliefs obtenus par emboutissage sur une matrice ne sont pas toujours très nets.

pol roger 1919pol roger 1919 verso

C'est une longue histoire que celle des plaques à encoches ... Il en existe qui possèdent une languette appelée aussi "patte". Ces plaques proviennent d'un fabricant de Bordeaux de l'époque et furent utilisées des années 1900 à 1930. Parmi les quelques marques qui les utilisèrent on peut citer : Pol Roger, Charles Heidsieck, Monopole et Perrier-Jouet.

Parmi ces plaques, certaines ont des particularités intéressantes 

moet 3 branches

MOËT 3 découpes

  • Les plaques équipant les muselet à lacet: elles sont bombées et présentent quatre trous supplémentaires sur leurs flancs (uniquement sur les passe-partout et les plaques de mousseux)
  • Les trois branches de chez Moët et Chandon : elles ont trois encoches au lieu de quatre
  • La galette de chez Mumm, appelée aussi tourtière (son contour cranté permet de comprendre pourquoi elle est ainsi nommée)
  • La Duminy avec un trou central carré.

La plupart sont en fer, mais quelques unes, assez rares, sont en aluminium (Henry Goulet, Monopole, Joseph Perrier, Veuve Cliquot, ...). D'autres encore plus rares sont en cuivre et présentent une finesse d'écriture incomparable.

A partir de 1960,

Ces capsules à encoches ont commencé à disparaître et furent remplacées par des plaques sans encoches. Les techniques ayant évolué, on pouvait alors éviter les pliures de la tôle à l'emboutissage, bien que les plaques n'aient plus d'encoches. C'est donc ainsi qu'est née la capsule de Champagne appelée par les professionnels et les collectionneurs : plaque de muselet.

La plaque de muselet est maintenant âgéede 159 ans. Inventé par Adolphe Jacquesson en 1844, elle a fêté ses 150 ans en 1994 à Epernay, la capitale du Champagne.

La plaque de  muselet est passé aujourd'hui à la postérité et, de simple outil technique, ellel est devenue un objet de collection.

Les passionnés commencent des collections thématiques. Certains ne gardent que les têtes, d'autres les monuments, les moulins, les chapelles, les églises ou uniquement les capsules de telle ou telle couleur.

Quelques maisons de champagne créent des capsules qui ne sont plus destinées à couvrir les bouteilles, mais faîtes uniquement pour la vente aux collectionneurs. Certains vignerons aussi font façonner des capsules de champagne pour ce seul usage et les réservent à leurs meilleurs clients, aux membres de leur confrérie, comme celle de Saint Vincent à Cramant . Les grandes maisons établissent, elles, leurs capsules par millions d'exemplaires. Seules les cuvées de réserve sont faites en plus petite quantité, mais par centaines de milliers tout de même ! Les petits viticulteurs font fabriquer leurs capsules par dizaines de milliers. Un rosé ou un blanc de blancs peut donner lieu à une capsule en 2000 exemplaires seulement, qui aura de ce fait d'autant plus de valeur...On ne parle de capsules rares que pour les capsules éditées entre 2000 et 5000 exemplaires. Il existe bien entendu des capsules encore plus rares. 

Les fabricants sont amenés à élaborer des capsules sans valeur commerciales qui ne sont pas mises sur le marché. Il s'agit de prototypes imparfaits et certaines sont donc apparues avec des fautes d'orthographe ou des variations typographiques. Un cas fameux est celui du champagne Pierre Mignon et de sa cuvée "Jacques Chirac Président", diffusé lors de la campagne présidentielle. Pour des raisons de droit électoral, la mention Président a été supprimée. De fait, la variante Jacques Chirac Président a été beaucoup plus rare pendant les élections.

Dans un autre genre, on trouve la capsule Ruinart avec la mention "Rheims" (ancienne écriture), plus rare que la même orthographiée "Reims" (écriture contemporaine). Comme pour les timbres, les erreurs d'impression et de couleur renforcent la valeur des capsules de champagne.

Il se produit parfois des différences de bain et la couleur est plus foncée ou plus claire et, avant que le client ne réagisse, 2000 capsules peuvent avoir déjà été écoulées. Cette variation n'est perceptible que par la comparaison. C'est le cas d'une série orange "Brut standard" avec le portrait de la veuve Cliquot.

Les prix des capsules ne sont pas nécessairement liés à leur rareté. Les côtes officielles ont souvent des lacunes et sont remises en cause.